Critérium national vétérans à Vichy : le second souffle de la SNO

aviron-france-veterans-2015-sno

Ici aux côtés de Dubus (à dr., 2e en deux de couple), Meillaud, Coguic, Grais, R. et S. Majorek ont offert à la Sno un titre de championne de France vétérans en quatre barré. Photo : © Julien BIGORNE / www.sportspassion95.fr

 

Le 28 juin à 14h51, Sébastien Coguic et Christophe Majorek sont redevenus champions de France de quatre barré… trente ans après leur premier exploit sur le bassin de Vichy. Sous la canicule, les rameurs de la Société Nautique de l’Oise (Sno) ont remporté le critérium national vétérans en bouclant les 2 000m devant Mantes (champion sortant) et Melun. «C’est la récompense de nos sept entraînements hebdomadaires depuis huit mois, malgré nos jobs très prenants», savoure Sébastien Coguic, gérant de la menuiserie Saint-Antoine à Ennery. «Nous avions déjà, tous deux, six médailles nationales à notre actif. La première remontant au ‘‘huit minimes’’ de 1983. Nous avions ensuite arrêté l’aviron de 1995 à 2012. Moi pour le football, lui pour le vélo. Mais en revenant ramer, par plaisir, l’envie de performer a vite repris le dessus», raconte Christophe Majorek.

Duo d’argent

Troisièmes en 2013 et quatrièmes l’an dernier, les sociétaires de la Sno retrouvaient pour cette nouvelle aventure Rémy Majorek (3e des France cadets de 1987 en quatre sans barreur). Vincent Grais (médaillé aux France seniors de double en 2009) avait remplacé Pierre Guéret, tandis que Sophie Meillaud (8e des France universitaires en huit en 2014) succédait à Farès Salem au poste de barreur. «Nous avons trouvé l’osmose aux ‘‘Régates de Masse’’ de Mantes, où nous dominons Melun. À partir de là, Sophie a su nous donner la bonne cadence et les bonnes consignes tactiques à l’instant décisif», confie Vincent Grais.

Une heure avant le titre de son ‘‘quatre barré’’, le club cergypontain avait décroché une première médaille (d’argent) en ‘‘deux de couple’’, grâce à Stéphane Dubus et Pierre Guéret. Un podium surprise décroché dans une catégorie très relevée. «Avant ce critérium national, nous n’avions ramé ensemble qu’aux ‘‘Régates de masse’’. Mais nous avons très vite trouvé notre vitesse de croisière», explique Stéphane Dubus (3e cet hiver aux ‘‘France vétérans’’ d’ergomètre). Devancé en finale par Chambéry, le duo a relégué les multiples champions de France de Fontainebleau à six secondes. Julien BIGORNE