Euro seniors (-58kg) à Naltchik : Chellamootoo en forme olympique

taekwondo-euro-seniors-cergy-chellamootoo

Troisième en -58kg, Dylan Chellamootoo a été le seul Français médaillé aux Championnats d’Europe en catégorie olympique. Photo : Julien BIGORNE / www.sportspassion95.fr

 

Dylan Chellamootoo pourrait transformer un rêve de longue date en réalité. Le pensionnaire du Taekwondo Élite Cergy vise une qualification directe aux Jeux Olympiques de Rio…à seulement 20 ans. Pour atteindre son objectif, le protégé de Ludovic Vo doit finir à l’une des six premières places de la ranking mondiale en -58kg, fin janvier 2016. Dans un mois à Chelyabinsk, en Russie, il jouera une partie de son avenir aux Mondiaux. «Si je suis médaillé, j’intègre le top 6», clarifie le double champion de France seniors et actuel 16e mondial.

Quatre podiums

En l’espace de six semaines, le jeune combattant a gagné 11 places en décrochant quatre podiums sur sept tournois internationaux. «J’ai remporté le Championnat de Cuba fin février. Ensuite, j’ai atteint la finale de l’Open du Qatar où j’ai mené face au champion du monde coréen Cha Tae-Moon (6-5 au 2e round) avant de m’incliner 10-14. Puis, je me suis incliné en demies à Alexandrie contre l’Allemand Leven Tuncat (n°2 mondial)», raconte l’interne de l’Insep, qui s’est aussi permis quelques bonnes incursions en -63kg. «Ma plus belle réussite a été à Louxor, où j’ai tenu en respect le Belge Jawad Achab, n°1 mondial (défaite au point en or)», précise le Valdoisien, médaillé de bronze des premiers Championnats d’Europe en catégorie olympique (-58kg), à Naltchik, en Russie.

«J’avais pourtant hérité d’un tirage au sort compliqué, en affrontant dès le premier tour, l’Islandais Melsam Rafiel, ex-champion du monde militaire. Mais deux coups de pied à la tête m’ont permis de creuser l’écart (11-3). Face au Grec Georgios Simitsis, j’ai profité de mon allonge supérieure (11-6). Mais en demies, face au tenant du titre portugais Rui Braganca, ça n’est pas passé. Après avoir égalisé à 2-2, une confusion et une erreur d’arbitrage m’ont coûté la victoire au point en or», explique le seul Français médaillé de l’Euro. Julien BIGORNE